Envie de participer ?
Article paru sur le Ouest France du 07/11/22
Nicolas Ellias, l’éducateur des U14, a décidé de recevoir, en marge des entraînements, les jeunes de son équipe, en entretien individuel. Le tête-à-tête a vocation à impliquer davantage l’adolescent en lui donnant la parole. | OUEST-FRANCE
Ouest-France Publié le 07/11/2022 à 12h00

 

« Pour plus de confiance », l’entraîneur du football club de Baud donne la parole aux jeunes joueurs

Nicolas Ellias est entraîneur des U14 du Baud Football Club (Morbihan). Avec le soutien du club, le salarié passe le brevet de moniteur de football. Avec ses joueurs, il a lancé un cycle d’entretiens individuels. Ses buts : mettre les jeunes au cœur du dispositif collectif en leur donnant la parole, en toute confiance, pour renforcer l’équipe.

 

L’éducateur Nicolas Ellias, qui entame sa deuxième saison au club de football de Baud (Morbihan), après être passé par Guémené-sur-Scorff, est en charge de la catégorie U14. Il intervient aussi auprès des U11. « Le club m’a fait confiance et m’a offert un poste de salarié auprès des jeunes, en finançant mon brevet de moniteur de football en apprentissage, dont la formation se déroule le lundi et le mardi à Lorient. Je suis ainsi chaque semaine quatorze heures en formation, et 21 heures au club auprès des enfants. Parmi mes missions, j’œuvre pour renforcer le label Jeunes reçu par le Baud FC de la Fédération. Cela témoigne de la qualité de la formation de notre école de football. »

Un dialogue libre

Après avoir conduit ses troupes à un sans-faute lors des brassages, l’éducateur veut aborder le début du championnat avec une équipe soudée, ambitieuse, soucieuse de réussir. Nicolas Ellias entend aussi progresser dans son coaching et sa connaissance du jeu. Pour mieux comprendre les attentes et le ressenti de ses jeunes, il a mené, pendant les vacances scolaires, un cycle d’entretiens individuels pour que joueur puisse se confier, en tête-à-tête, en toute confiance, et en toute confidentialité avec le coach.

Je veux cette saison faire trois cycles d’entretiens avec mes joueurs pour affiner le bilan, comprendre leur évolution, et les objectifs collectifs et individuels qu’ils se fixent. Ils me font part de leur ressenti. En sortant du cadre groupé, lors de cet échange, l’enfant à qui on donne la parole comprend qu’il est essentiel dans le dispositif. En ayant voix au chapître, il est encore plus impliqué. Il me parle de ce qu’il ressent sur le terrain, de son avis sur le jeu mis en place, de ses idées au profit de l’équipe. C’est un moyen de faire évoluer la relation : d’habitude, je parle et les joueurs écoutent. Là, c’est l’inverse, ils ont l’opportunité de s’exprimer librement.

L’importance de l’école

L’éducateur espère avoir à gérer des adolescents bien dans leur peau. Un âge parfois compliqué, durant lequel un jeune peut rapidement être mis de côté dans sa vie quotidienne. Une tendance qui pourrait être renforcée par l’usage des écrans et des réseaux sociaux. J’interroge mes joueurs sur l’école, les résultats, l’ambiance en classe. J’évoque aussi le harcèlement pour participer à mon échelle à le prévenir, au sein de l’équipe évidemment s’il devait y avoir des problèmes, et aussi en échangeant avec les interlocuteurs scolaires si des cas venaient à se déclarer.